• Reduire la taille du texte
  • Agrandir la taille du texte
  • Venez en discuter sur notre forum

Le déclenchement d'accouchement

Vous arrivez au terme de votre grossesse et votre meilleure amie vient d'avoir un accouchement déclenché. De quoi s'agit-il ? Quels en sont les avantages et les inconvénients ? Le point sur une pratique qui fait débat.

Accouchement Décider de la date de naissance de votre bébé est pour certains un rêve, pour d'autres une aberration. En 2003, un accouchement sur cinq est déclenché. Ce chiffre n'a cessé de croître depuis les années 80, et en particulier les déclenchements sans indications médicales. Véritable progrès de la médecine, cette pratique présente pourtant des risques. Elle requiert des conditions précises de mise en œuvre.

De convenance ou médical ?

Un déclenchement est le fait de provoquer avec des médicaments un travail qui n'existe pas. Le but est de provoquer les contractions pour mettre le corps de la maman dans les conditions de l'accouchement. En 2003, 22 % des accouchements en France étaient déclenchés. Mais décider d'un déclenchement n'est pas si simple. De nombreuses conditions sont requises par l'équipe médicale des maternités pour l'envisager.

Il existe deux situations dans lesquelles on provoque l'accouchement : à la demande de la future mère et/ou du médecin et en cas d'urgence médicale. Ainsi, par convenance, une femme dont le mari s'absente pour de longs mois à l'étranger, peut souhaiter mettre son enfant au monde en présence du papa à une date où il est là. Cet accouchement de convenance arrange aussi les mères qui ont déjà plusieurs enfants ou qui habitent loin de la maternité. Elles peuvent ainsi mieux organiser leur séjour à l'hôpital. Ensuite, l'accouchement pour raisons médicales peut être programmé si la mère ou l'enfant sont en danger. Cela peut être le cas lorsque l'on constate un dépassement du terme au-delà de 41 semaines d'aménorrhée, une rupture de la poche des eaux, des signes de souffrance foetale ou une pathologie maternelle (hypertension, diabète...).

Enfin, il existe la possibilité d'aider la nature. On peut proposer à une femme en fin de grossesse, seulement si elle a déjà eu des enfants, de pratiquer un décollement des membranes si le col est un peu ouvert. Cette solution intermédiaire reste naturelle. En pratique, au moment de l'examen de fin de grossesse, le spécialiste introduit le doigt dans le col perméable et au contact de la poche des eaux, décolle la poche de la paroi utérine en effectuant des mouvements circulaires. Ce geste a tendance, près du terme et dans des conditions favorables, à lancer le travail.

Deux méthodes proposées

Le médecin prend la décision de déclencher ou pas un accouchement après un examen approfondi. Par un toucher vaginal, il évalue la consistance, la dilatation, la longueur, la position du col et la hauteur de la présentation fœtale. Ces éléments vont permettre de déterminer le type de déclenchement.

Il existe deux méthodes pour provoquer le travail. L'ocytocine, hormone produite naturellement par le corps, est perfusée. Cette pratique est choisie dans le cas où le col est un peu ouvert, les contractions surviennent et la poche des eaux peut être percée pour accélérer le travail. La péridurale est proposée dès que les contractions sont fortes. En effet, le déclenchement a tendance à provoquer un travail plus douloureux. Et le rythme cardiaque du bébé est contrôlé grâce au monitoring.

Autre hormone, la prostaglandine est utilisée sous forme de gel ou de tampon. Si le col est fermé, c'est-à-dire que les conditions locales sont défavorables, on applique le gel sur le col. Dans ce cas, l'accouchement peut être plus long, 2 à 3 jours. Puis si les contractions sont insuffisantes, on peut avoir recours à la perfusion d'ocytocine " précise le médecin.

Un risque mesuré

Dans certaines maternités, on considère que la prise de risques d'un déclenchement de convenance n'est pas justifiée. Elles n'en font donc pas. Mais en cas de raisons médicales, la patiente est informée des risques d'échec. Car, malgré les hormones, le col peut rester fermé et/ou le travail peut ne pas se mettre en route. Compte tenu de l'ampleur des contractions provoquées, le rythme cardiaque du bébé peut présenter des anomalies, qui dans certains cas peuvent conduire à pratiquer une césarienne en urgence.

La césarienne étant un acte chirurgical non dénué de risques, les bénéfices d'un déclenchement doivent toujours être mis en balance avec le risque. Le déclenchement ne peut être pratiqué qu'à partir de 36 semaines de grossesse, quand le bébé est suffisamment costaud pour supporter les contractions de travail. Le déclenchement ne garantit pas un accouchement par voie basse. Les médecins mettent en balance les critères qui motivent cette décision. Les conditions physiques de la mère doivent être favorables et les risques mesurés.

Votre avis nous intéresse :

  • Actuellement 4.03/5
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Note de cet article
4.0/5 (151 votes)

Partager cette page :
  • Google
  • Yahoo
  • Windows Live
  • Bookmarks
  • facebook
  • del.icio.us
  • Technorati
  • MisterWong Fr
  • Scoopeo
  • StumbleUpon
Accouchement
écrivez-nous | Recommandez ce site | Annonceurs | Contacts | copyright © Bebepassion.com - 2014 

Déclenchement d'accouchement

Le déclenchement d'accouchement - Accouchement - à découvrir sur Bébé Passion