Jacques Chirac ne s'était pas trompé en voulant faire du cancer sa priorité. En 2004, c'est la première année où le cancer a dépassé les maladies cardio-vasculaires en nombre de morts. En fait, le nombre de décès dû au cancer n'a pas bougé alors que celui des problèmes de coeur a baissé.

Globalement, l'espérance de vie continue d'augmenter mais cetains points noirs persistent comme le cancer des poumons chez la femmes et les maladies dégénaratrices liées au vieillissement de la population. Mais à partir de 65 ans, hommes et femmes sont à égalité devant les maladies cardio-vasculaires : un décès sur trois est lié à un dysfonctionnement de l'appareil circulatoire.