Même si le discours n'a pas changé, en France, seul un nourrisson sur deux est allaité à la sortie de la maternité. Ce taux n'est pas assez important si l'on se réfère aux recommandations de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS). Jusqu'à l'âge de six mois, les bébés n'ont besoin pour grandir et se développer, que du lait de leur mère ! Parfaitement adapté aux besoins du nourrisson, le lait maternel est le seul à donner aux nourrissons tous les nutriments, les anticorps et autres antioxydants dont il a besoin. Mieux que tout autre aliment donc, il stimule le système immunitaire.

A l'échelle européenne, notre pays fait figure de mauvais élève. En France, la pratique de l'allaitement reste encore très insuffisante. Il domine chez les mères qui sont cadres ou membres de professions intermédiaires. Ces dernières allaitent dans respectivement 80% et 74% des cas. En revanche, il est moins répandu chez les ouvrières, puisque à peine une sur deux donne le sein. Et la durée de l'allaitement maternel est courte. Moins d'un enfant sur deux continuent d'en bénéficier après huit semaines.

Pour parvenir à leurs fins, les autorités misent principalement sur la communication. Et pour cela, elles comptent beaucoup sur les professionnels de santé. Ainsi, la promotion de l'allaitement maternel doit être faite systématiquement lors de la visite du quatrième mois de grossesse. Et chaque future maman doit quitter la consultation avec en mains, un dépliant d'information et de sensibilisation.