Dans le cas d'une grossesse où la mère est contaminée, les médecins vont tout faire pour éviter la trrasmission à l'enfant et pour réduire la toxicité des traitements. Tout dépend de la charge virale de la mère. Grâce aux médicaments, le risque de transmission n'est que de 2 % à 5 % alors que sans traitements le risque est de 15 % à 25 %. De plus, la césarienne n'est plus obligatoire aujourd'hui si le traitement est pris jusqu'au terme.

Si le virus est dépisté trop tard, les femmes ne peuvent pas suivre correctement le traitement et le risque de transmission est important. Enfin, sachant que le virus se transmet par le sang et le lait, l'allaitement est totalement interdit pour les mères séropositives. Et pour connaître l'état de santé du bébé, il faudra faire un test de dépistage à 2 mois.

Dans tous les cas, sachez que le virus n'augmente pas les fausses-couches ni les naissances prématurées. Et la grossesse n'a pas d'effet sur la séropositivité de la mère.